2

BENIN:Mauvaise gestion dans le secteur de la Micro finance au Bénin: MCAPE, le nouveau scandale financier sous la rupture (La BEF invite les spoliés à venir déposer leur plainte)

Le mardi 11 juin 2019, nous publions sur notre page Facebook et dans les colonnes du journal « Le nouvel Observateur » paraissant à Cotonou l’article intitulé : Gestion douteuse à la Micro finance MCAPE : Des Béninois encore victimes d’une structure de collecte de fonds? Ceci pour attirer l’attention des autorités béninoises sur un nouveau scandale financier au Bénin. Il s’agissait d’une structure de collecte de fonds dénommée MCAPE qui éprouverait de sérieuses difficultés à satisfaire ses clients. Et pour cause, les nombreux grincements de dents des clients de plus en plus nombreux qui sont dans la peine, incapables de rentrer dans la jouissance de leurs avoirs. Les portes de l’entreprise étant closes depuis des semaines sans suite. Ce 13 juin 2019, grande est notre joie d’apprendre que la Brigade Economique et Financière (BEF) est déjà à pied d’œuvre pour mettre la main sur tous les individus auteurs de ce scandale. Elle invite par ailleurs tout spolié à aller se plaindre dans ses bureaux.

 

Retour sur les faits

Située au quartier Sainte Cécile, la Mutuelle de Crédit et d’Assistance à la Petite Entreprise (MCAPE) SFD de type MCEC jouxte l’école La Référence où elle a son siège. Elle exercerait légalement ses activités sur la base de l’agrément N° A080032A octroyé par l’arrêté N° 1749/MEF/DC/CSSFD/DRE du 31/12/2008.

Pour la célérité de ses activités, des agents collecteurs de fonds se déplacent auprès des clients pour les opérations de collecte de leurs placements. Mais voilà, depuis plus d’un mois, cette structure semble dans l’impossibilité de satisfaire ses clients qui voudraient rentrer dans la jouissance de leurs sous. Et là où le bât blesse, c’est que toutes les annexes de la micro finance auraient cessé de fonctionner. La désolation de nombre de clients ne cesse de grandir. Aussi, après avoir constaté la fermeture ou cessation d’activité des annexes de Cococodji en face du collège Le Méridien et de Pahou, une descente le 06 juin 2019 au siège de la structure un jour ouvrable et aux heures de travail a permis de vérifier l’information sur la fermeture des portes du siège.

Un communiqué collé sur le portail au bas duquel on peut lire « Fait à Cotonou le …../05/2019 »  informe sur le fait que l’entreprise est en train de tout  mettre  en œuvre pour reprendre ses activités. Plus loin, le même communiqué informe que «…. des mesures sont en train d’être prises pour la réouverture effective ….. des différentes agences restées fermées en raison du bruit des clients empêchant ainsi le bon déroulement des travaux…. ». Et la question de savoir en quoi est-ce que les bruits des clients dépités peuvent gêner le fonctionnement normal de ladite structure si tout marchait normalement et si les clients étaient bien servis ?  

Cette raison avancée parait un alibi qui ne tient pas du tout pour justifier les difficultés que traverse cette structure de micro finance. Il apparait dès l’instant que MCAPE chercherait à se cacher derrière un faux alibi pour échapper à son incapacité à restituer à ses nombreux clients demandeurs, leurs sous placés.

 

Une structure adirée ?

C’est plutôt l’entreprise qui serait défaillante dans ses prestations vis-à-vis de sa clientèle. De nos investigations dans le quartier, il ressort que ses portes sont fermées depuis plus de deux mois déjà et que bon nombre de clients y défilent la mort dans l’âme.

Va-t-on vers un nouveau scandale financier ? Toujours est-il dit qu’il serait bon de recenser tous les clients de la micro finance, de faire la part entre ceux qui ont bénéficié de prêts non encore soldés, ceux qui ont déjà récupéré intégralement leur avoir, ceux qui n’ont rien reçu ou une partie. Ce qui permettra d’évaluer l’ampleur du dégât qui aurait été occasionné. On se demande, combien sont ses concitoyens qui sont affiliés à cette structure ? Combien sont-ils qui ont déposé des sous sans rien obtenir en retour ? De même, il serait bon de diligenter des investigations pour en savoir plus sur les origines du désastre financier qui se pointe et qui en seraient les vrais auteurs. En effet, il importe de savoir si la structure MCAPE est adirée ou pas.

 

Ouverture de compte et fonctionnement

A MCAPE, l’ouverture d’un compte est à six mille francs non remboursable à la fermeture dudit compte. Cette structure permet à ses clients des mises d’épargne journalière telles que : 700 ; 1200 ; 2200 ; 3300 ; 4400 ; 5500 ; 6600 ; 7700 ; 8800 ; 9900 ; 11000 ; 22000 ; 33000 ; 55000 ; etc. Ces mises impliquent respectivement les épargnes stratégiques qualifiées d’économies annuelles de 200 ; 300 ; 400 ; 500 ; 600 ; 700 ; 800 ; 900 ; 1000 ; 2000 ; 3000 ; 5000 ; etc.…  récupérables par le client au terme  d’un an d’opération.

Une inquiétude apparue lors des investigations est qu’au départ, la structure portait la dénomination SPAS dont nous recherchons encore la définition. Et voilà que subitement, elle est devenue MCAPE (Mutuelle de Crédit et d’Assistance à la Petite Entreprise). Cette nouvelle dénomination serait le fait des réformes du gouvernement de la rupture dans le cadre des agréments exigés aux acteurs de la micro finance. Mais si sur le carnet d’épargne il est mentionné «Agrément N° A080032A par arrêté N° 1749/MEF/DC/CSSFD/DRE du 31/12/2008 » qui montre que la mutuelle est autorisée depuis le 31 décembre 2008, pourquoi y aurait-il ce changement brusque de dénomination ? Quelle serait alors la véritable identité de l’entreprise ?

 

A la lueur des faits révélés, il serait tout à fait indiqué que les autorités en charge de ce secteur se penchent sur ce cas et fassent les investigations nécessaires pour situer les responsabilités. Déjà que, toutes les tentatives pour joindre des responsables de l’entreprise sont sans suite. Tous les contacts téléphoniques inscrits sur le carnet d’épargne tant pour les annexes que pour la direction générale sont devenus subitement injoignables.

 

Janvier Koffi  SOSSOU